Nos Actions  >  Festival Parfums de Musiques  >  Edition 2005 Festival Parfums ...

Edition 2005 Festival Parfums de Musiques

image couverturedossierpresse.jpg

Depuis 2003, la série de concerts Parfums de Musiques à la Roseraie du Val-de-Marne est entièrement consacrée aux musiques traditionnelles du monde. Ce choix est né de l’adéquation avec le lieu, mais aussi du constat qu’il manquait dans ce département un espace d’expression pour ces formes musicales, bien qu’elles soient représentées ponctuellement dans le cadre de programmations plurielles. La volonté est de montrer ces traditions de manière vivante, dans le mouvement de leur évolution, mais de respecter aussi ce qui fait leur force et leur singularité, en évitant les dérives liées à une exploitation strictement commerciale dont elles font bien souvent l’objet.

Plus qu’une stricte thématique, chaque édition suit un fil conducteur d’ordre géographique ou esthétique. Ainsi, après avoir parcouru le bassin méditerranéen en 2003 et suivi la route de la migration gitane en 2004, nous vous proposons cette année un voyage musical le long de la côte atlantique du continent sud-américain.

S’il est un lieu où le terme « musiques du monde » a pu avoir un sens avant tout autre, c’est bien cette zone de l’Amérique Latine où se sont entrechoquées puis entremêlées les traditions musicales issues des populations indiennes autochtones, des colons européens et des esclaves africains. Cette rencontre entre trois continents, on la retrouvera à des degrés divers tout au long de notre parcours musical, depuis le joropo du groupe Yare, lié à la culture créole et devenu danse nationale au Venezuela, jusqu’au candombe argentin chanté par Susana Blaszko, qui représente l’origine africaine du tango. Entre temps – comme l’année du Brésil nous y invite –, nous aurons fait deux escales dans ce pays aux traditions musicales particulièrement riches, mais pour en montrer des facettes moins connues chez nous : nous accueillerons en effet le Trio Madeira Brasil, qui compte au Brésil parmi les meilleurs représentants actuels du chôro, un genre musical à la fois populaire et savant apparu dès la fin du dix-neuvième siècle, puis Renata Rosa, jeune chanteuse et musicologue du Nord-Este, qui a effectué des recherches sur les musiques rurales et métissées de sa région pour constituer un répertoire original.

Sur un continent particulièrement significatif à cet égard, la musique de Renata Rosa symbolise parfaitement ce que l’écrivain caraïbe Edouard Glissant définit comme la créolisation, à savoir « un métissage d’arts ou de langages qui produit de l’inattendu ». Un « inattendu » que nous vous invitons à partager au cours de ces quatre concerts des Parfums de Musiques.